Rapport de l’assemblée nationale du 15 février 2010, l’un des premiers relatifs à la relation stress/management

Rapport de l'assemblée nationale du 15 février 2010 : Stress et management

Rapport de l’assemblée nationale du 15 février 2010 : Stress et management

A l’heure où 58 % des salariés interrogés jugent insuffisante la qualité du management dans leur entreprise, voici le rapport, rendu le 25 mai 2011, par la Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, sur les préconisations en matière de lutte contre les risques psychosociaux : http://www.assemblee-nationale.fr/13/cr-soc/10-11/c1011045.asp

Encore un rapport qui souligne un lien direct entre le stress, le savoir-faire des managers de proximité, et le manque de formation de ces derniers. Sur les 10 points d’amélioration proposés, 7 sont dans la sphère d’influence du manager.

Le rapport fait à la demande du Premier ministre « Bien-être et efficacité au travail– 10 propositions pour améliorer la santé psychologique au travail. » stipule les préconisations suivantes :

  1. L’implication de la direction générale et de son conseil d’administration est indispensable. L’évaluation de la performance doit intégrer le facteur humain, et donc la santé des salariés.
  2. La santé des salariés est d’abord l’affaire des managers, elle ne s’externalise pas.Les managers de proximité sont les premiers acteurs de santé.
  3. Donner aux salariés les moyens de se réaliser dans le travail.Restaurer des espaces de discussion et d’autonomie dans le travail.
  4. Impliquer les partenaires sociaux dans la construction des conditions de santé.Le dialogue social, dans l’entreprise et en dehors, est une priorité.
  5. La mesure induit les comportements.Mesurer les conditions de santé et sécurité au travail est une condition du développement du bien-être en entreprise.
  6. Préparer et former les managers au rôle de manager.Affirmer et concrétiser la responsabilité du manager vis-à-vis des équipes et des hommes.
  7. Ne pas réduire le collectif de travail à une addition d’individus.Valoriser la performance collective pour rendre les organisations de travail plus motivantes et plus efficientes.
  8. Anticiper et prendre en compte l’impact humain des changements.Tout projet de réorganisation ou de restructuration doit mesurer l’impact et la faisabilité humaine du changement.
  9. La santé au travail ne se limite pas aux frontières de l’entreprise.L’entreprise a un impact humain sur son environnement, en particulier sur ses fournisseurs.
  10. Ne pas laisser le salarié seul face à ses problèmes.Accompagner les salariés en difficulté.

Qu’en pensez-vous ?