L’historique de la relaxation Biosappia® et de la Biosynergie® commence en 1960.

La filiation de notre méthode :

Nous sommes d’obédience Biosynergie®.

En occident, notre filiation se rattache à :

  • Dr Schaffer pour la psychothérapie adlérienne
  • Madame Kaeppelin pour la méthode du docteur Vittoz
  • Chantal et Christian Ropars, partis prenants dans la continuité de nos recherches
  • Professeur Bellanger, doyen de l’Université de Psychologie de Montréal, pour ses recherches sur l’impact physiologique des états modifiés de conscience utilisés dans nos relaxations
  • Docteurs lranpour, Tymovski, Daupleix et des conférenciers venus exposer leurs connaissances sur la médecine psychosomatique, l’homéopathie, l’acupuncture, l’ostéopathie, etc.
  • David Servan-Schreiber et l’institut Heartmath Institute en Californie.pour la cohérence cardiaque

A l’orient, nous avons emprunté les connaissances énergétiques du corps et quelques pratiques associées, comme les pranayama (rythmes respiratoires), le yoga et le Qigong.

  • Dennis Boyes pour le YogaNidra
  • Jacques Pialoux pour son enseignement sur l’énergétique chinoise et indo-thibétaine
  • Roger Clerc pour son enseignement du Yoga de l’énergie
  • Patrice Laurent, pour ses recherches sur une corrélation entre bio-synergie et énergétique chinoise à travers le Yi-King

Dans notre méthode, se retrouvent aussi des approches similaires aux techniques de relaxation Jacobson et Shultz.

Son histoire :

Biosappia, Biosappien, biosynergie , evenir praticien relaxologue, méthode anti-stress, technique de gestion du stress22 ans de recherches ont présidé à la mise en place de notre technique. L’idée de cette recherche est née d’une participation à un groupe permanent d’étude concernant les problèmes humains au niveau philosophique et économique dans un cadre d’ouverture et de profond respect mutuel. Une idée essentielle était que, à l’intérieur d’un cadre épanouissant, l’homme peut découvrir une autre dimension à sa vie, plus riche et porteuse de sens.

Tout commence au début des années 60. 2 personnes, Janine et Yves Ropars, férues de psychologie et soucieuses de mieux comprendre les mécanismes de la personne humaine, membres d’honneur de la fédération Internationale de relaxologie s’interrogent.

Très vite tous deux se dirigent vers les enseignements de la méthode Vittoz et s’y initient avec passion. Ils se forment ensuite au yoga. Poursuivant leur quête, ils entreprennent parallèlement des études de psychologie et c’est tout naturellement qu’ils sont amenés à fréquenter différents groupes de praticiens et finalement animent, dès 1974, leurs premiers stages de relaxologie.

 

Voici un extrait de leurs conclusions :

 » Lorsque nous fûmes confrontés à la nécessité d’enseigner, nous avons souhaité proposer un enseignement vivant qui intégrerait, par le vécu, les connaissances présentées. Deux idées essentielles retinrent notre attention :

— La première concernait la mise en forme et la disponibilité physique, affective et mentale des participants ayant effectué une journée ou une semaine de travail. Tout stage , même de quelques heures, ou séance individuelle, démarreraient donc par un éveil du corps avec quelques exercices de Yoga et de relaxation.

— La seconde concernait le recours aux vécu, plutôt qu’à l’intellectualisation. L’idée nous en était venue à la suite d’une double formation pratique celle de l’animation de groupes de cadres supérieurs dans l’optique des études de cas selon l’université d’Harvard et celle du psychodrame en entreprise.

Les résultats ont prouvé que cette démarche convenait beaucoup mieux aux adultes qu’un enseignement scolaire. Il faut également insister sur le fait que les groupes sont invités à dégager les lois essentielles, à travers des observations de chaque participant. En cela, la méthode ressemble aux méthodes modernes de formation d’adultes. « 

Nous gardons cette pédagogie dans notre organisme de formation.

Les participants, et donc les personnes que nous accompagnons, sont plus rapidement autonomes et prennent mieux conscience de leurs propres spécificités et richesses intérieures.

Mais ils observent que la plupart des pratiques de relaxologie ne sont pas adaptées à tous. Certaines réclament de longues périodes de travail personnel et ne permettent pas d’obtenir les résultats immédiats. D’autres encore ne s’adressent pas à la personne globale.

Pourquoi ne pas associer des techniques complémentaires et construire une méthode plus satisfaisante, plus riche, mieux appropriée à la demande de chacun ?

Deux années de réflexions, d’échanges, de synthèses, s’écouleront durant lesquels Janine et Yves Ropars décideront de mettre au point une méthode nouvelle.

Une attitude apparaît d’ailleurs fondamentale dans la démarche, c’est celle qui consiste à ne pas considérer le sujet comme un patient ou un malade. C’est la raison pour laquelle nous avons dû définir une nouvelle terminologie que nous évoquons maintenant : La personne accompagnée sera définie par le terme de Créatif.

En 1977, à la suite d’un groupe de travail, naîtra cette technique dont l’objectif est l’autonomie à travers un enseignement holistique.

Vers 1987, J.&Y. Ropars sortent un livre qui aura pour conséquence qu’ils soient sollicités pour intervenir au 1er colloque internationale de médecin dont le thème était « relaxation thérapeutique ». Puis, l’année d’après, à un autre colloque sur la somatothérapie.

Ils ont été les premiers à expérimenter l’état relaxation, avec comme preuve scientifique l’électroencéphalographie.

Il en découle ensuite plus de 950 formations, et 300 certifications. Certains ont fait leur chemin en cabinet individuel (une praticienne a compté 4000 créatifs en 25 ans), d’autres en entreprise (y compris avec les éléments de psychologie), en milieu carcéral, en hôpitaux, chez les médecins du monde (3000 bénévoles).